La tribu primitive des MIKEA

Origine

Les Mikea sont des individus qui se sont échappés à la guerre militaire du XVIIIe siècle. Ils se sont enfuis dans la forêt pour ne pas affronter les invasions des colons. Ils ont fini par fonder leur tribu dans la forêt.

Les Mikea sont des individus qui vivent de chasse et de cueillette dans une forêt appelée Mikéa. Dans le Sud Ouest de Madagascar, ils vivent en autarcie dans une forêt sèche de 3500 kilomètres carrés. Mikea c’est le nom de la forêt, mais c’est aussi une mode de vie.  Mikea évoque littéralement «  ne veut pas être poursuivi » mais cela signifie en gros « rébellion contre la civilisation ».

Ils ont été souvent assimilés aux « vazimba » premiers peuples malgaches. Mais les Mikea sont en fait des gens normaux malgré leur mode de vie.

Les Mikea sont un groupe de sous ethnies, ils sont issus de différentes ethnies malgaches. Ils sont une petite communauté composée de 400 individus à peu près.

Pour certain Mikea vient du mot « mikahia » du mot « kaika » qui signifie « antso » traduit par « appel ».

Mode de vie

Le mode de vie du peuple Mikea est encore très primitif.

Le peuple Mikea est très indépendant de toutes les autres ethnies de Madagascar. Il conserve ses propres coutumes et détient sa propre culture.

Il possède son propre dialecte, qui est une d’origine malayo-polynésienne, une langue parlée dans le sud de Bornéo.

Pour se nourrir , le peuple Mikea pratique la chasse et la cueillette mais ils se sont convertis en éleveurs –cultivateurs.  Il chasse généralement les hérissons et les porcs-épics. Il cueille le miel et les ignames. Il peut parcourir des kilomètres pour pouvoir faire la chasse. Il cultive du manioc et du maïs.

Il se nourrit des pêches et également des cueillettes des fruits sauvages.

Pour faire le feu il a recourt au traditionnel système de frottement de branches sèches.

Pour s’hydrater ou cuire les alimes,  peuple Mikea puise son eau dans les tubercules aqueux. Il se sert du « bahoho » aussi comme source d’eau, c’est une racine possédant une forte teneur en eau. Il conserve aussi les eaux de pluie provenant du ruissellement des toits pendant la saison des pluies.

Le peuple Mikea détient les secrets des  fameux « ody gasy » ou gris gris, qui est généralement détenu par le sage de la communauté appelé Ombiasy.Pour se guérir il a recourt aux différentes vertus des plantes médicinales.

Le peuple étant très loin de la civilisation, sa croyance est basée autour du culte des ancêtres. Il croit à un seul Dieu créateur qui est le Zanahary.

Mais il existe aussi l’esprit de la forêt appelé koko.

La communauté Mikea a aussi sa propre culture comme les autres ethnies, elle est basée sur la musique, cela occupe sa vie sociale et spirituelle. Lors des événements sociaux, tels que les funérailles, les rituels de guérison, la possession par les esprits, ou les circoncisions, on associe souvent ces rituels par des chants. Ils ont leur propre sport comme la lutte.

Visiter les Mikea

La forêt épineuse du Mika est une zone pleine d’histoire et de culture. C’est une forêt tropophile elle pousse dans une région relativement plate et sablonneuse. Elle est dotée d’une biodiversité exceptionnelle. La faune et flore sont encore primitives. Et les plantes endémiques riches en vertus médicinales sont nombreuses. La forêt est semi aride idéale pour faire une randonnée et pour découvrir les végétations et les animaux. On peut compter plus de 40 espèces d’oiseaux sur les 98 espèces endémiques recensées. Les plus célèbres sot le brachypterolle à longue queue et le Monias de Bensch. On peut découvrir des lémuriens dans la forêt, ils sont plus de 9 espèces qui s’y abritent.

Des poissons de plus de 24 espèces sont à admirer surtout les 3 espèces qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

Malgré l’exploitation et la menace de la disparition des ethnies Mikea et la déforestation, on peut quand même trouver une cinquantaine d’espèces de reptiles. Mikea est une zone qui possède une biodiversité spécifique et rare.

 A part la forêt, on peut également faire la visite des grottes souterraines. Ces dernières contiennent des nappes d’eau douce. Cette eau abrite des poissons appelés « poissons aveugles ».